definition de ces troubles pour mieux les traiter

Les troubles comportements alimentaires (TCA) se caractérisent par un dysfonctionnement du comportement alimentaire « normal », c’est à dire un trouble en rapport à l’alimentation. Il s’agit d’une manière de manger ou d’éviter de manger qui affecte négativement sa santé physique et/ou mentale.
Il existe plusieurs formes de troubles du comportement alimentaire dont les plus courants sont :
  • Les compulsions alimentaires : crises compulsives (mini 2/sem) se caractérisant par l’envie irrépressible de consommer des aliments « plaisirs » en grande quantité sans faim ni rassasiement. Les patients essaient souvent de contrôler leur alimentation par ailleurs sur les repas (limitation des graisses notamment) et ces crises compulsives sont vécues comme une perte de contrôle. Les crises ne sont pas compensées par des vomissements ou d’autres comportements de purge.
  • La boulimie : Les crises compulsives sont réalisées avec tous types d’aliments, « plaisirs » ou non, et en quantités souvent très importantes. A ce besoin irrépressible de manger, s’ajoutent la peur (phobie) de grossir et le besoin tout aussi irrépressible d’évacuer ce qui a été mangé (vomissements, laxatifs, hyperactivité physique…) et renforcement de la restriction alimentaire dans les heures qui suivent… Jusqu’à la crise suivante.
  • L’anorexie mentale : elle associe la phobie de prendre du poids (donc le besoin obsessionnel de maigrir) et la peur de manger (par peur de grossir). Elle se traduit par des restrictions alimentaires multiples qui génèrent un amaigrissement par dénutrition, des carences alimentaires provoquant aménorrhée (absence de règles), ostéoporose et état anxieux. L’anorexie mentale peut être restrictive ou boulimique (avec crises de boulimie).
  • L’orthorexie : elle se caractérise par l’obsession de manger « diététiquement correct ». Elle se traduit par une forte rigidité autour de l’alimentation avec des règles diététiques très strictes. Cette rigidité peut devenir maladive et anxiogène.
Il existe également d’autres troubles alimentaires qui sont plus atypiques : le mâcher/cracher (personnes qui « crisent » en mâchant les aliments et en les recrachant pour ne pas grossir), le mérycisme ou rumination (régurgitations et re-mastications d’aliments), les restrictions et/ou vomissements du sportif, les phobies autour de l’alimentation…